Sur les psys, les consultants,... / De psicólogos, consultores...

 

Claudia Mir

 

Version espagnole

De psicólogos, consultores, coaches y espacios

Durante mucho tiempo, cuando alguien me preguntaba ¿Por qué vas a terapia? Mi respuesta intuitiva era: “Porque necesito un árbitro entre yo y mí misma”. Después de tantos años, confieso que no me dejo de sorprender de la forma en que, a veces, poner en palabras lo que “pasa” o lo que “siento”, después de haber hecho un gran esfuerzo por ordenarlo y decirlo “PARA mi psicóloga”, es por sí mismo un avance. Es decir, el simple hecho de dar al otro información sobre uno mismo, ya implica empezar a tomar una distancia de sí y a generar un espacio en que es posible sanar.

Trabajo como evaluador externo de programas públicos. En mi opinión esta actividad tiene sentido y se justifica porque los distintos responsables de dichos programas están implicados e inmersos en su quehacer, lo que impide verse objetivamente (si es que eso existe), para aprender, entender, pensar y repensar su razón de ser. La evaluación se hace CON el evaluado, ¡no sale de la nada! y el simple hecho de destinar tiempo y recursos al ejercicio lo hace ponerse en un espacio y en un lugar distinto al habitual.
Al presentar los resultados de una evaluación, yo sé que mi trabajo está bien hecho cuando mi cliente expresa que se siente visto, que se identifica con los hallazgos, que las recomendaciones son pertinentes y desea implementarlas para avanzar hacia sus objetivos. Muchas veces los resultados duelen y enojan (quizá porque aprender duele) pero al ser trabajo bien intencionado, en general, el cliente quiere saber, quiere crecer y es perfectamente capaz de recibir la información y hacer algo útil con ella.
Como coach, estar presente en ese instante en el que el coachee emerge, habiéndose visto y sintiendo o sabiendo de sus opciones, de sus fuerzas, es todo un privilegio. Nada vale más que su sonrisa al darse cuenta de que solo creía que las cosas iban mal, cuando en realidad había muchos avances pero estaba demasiado cerca para verlos. También me parece un honor estar presente en un momento de dolor al ver que ha llegado el momento de un cambio, combinado con la claridad y alivio de saber exactamente cuál es el paso siguiente.
La terapia, la consultoría y el coaching me muestran cuánto uno necesita al otro para verse a sí mismo, sin importar si nos referimos al plano personal, profesional o incluso institucional. Es claro que para que estas disciplinas o actividades sean, es indispensable crear un espacio ex profeso y destinar tiempo y recursos. Me refiero tanto al espacio que necesitan crear los clientes para hacer uso de estos servicios, como al que los profesionales que los ofrecemos debemos generar para desarrollar nuestra actividad.
¡Qué puedo decir! Para mí tiene sentido servir como el medio, el facilitador o el simple pretexto para que el otro se vea, para que se lleve a donde quiere estar, para que esté bien. Por supuesto me importa y necesito ser vista y verme, aprender, compartir experiencias, ideas y momentos con otros como yo. Por ello, aplaudo y agradezco la iniciativa de Médiat-Coaching y Blue Thinking de crear este Espacio Latino.

 

Version française

Sur les psys, les consultants, les coachs et les espaces

Pendant longtemps, à la question « pourquoi vas-tu chez un psy ? » ma réponse intuitive était « parce qu’il me faut un arbitre entre moi et moi-même ». Après toutes ces années, je confesse mon étonnement de la façon dont le simple fait de me forcer à organiser mes pensées pour pouvoir émettre des mots compréhensibles « pour mon psy » représente en soi un progrès. C'est-à-dire, je suis toujours surprise de constater comment le simple fait de donner à autrui de l’information sur soi, implique déjà une prise de distance de soi et la génération d’un espace à l’intérieur duquel on peut soigner.


Je suis consultante, je fais l’évaluation externe de programmes publics. Je trouve que cette activité a du sens et est justifiée parce que les responsables de l’exécution des programmes sont impliqués et immergés dans leur activité, ce qui les empêche de s’observer objectivement (est-ce possible ?) pour apprendre, comprendre, penser et réfléchir à la raison d’être de leur activité. L’évaluation est faite AVEC l’agent évalué (soit le personnel du programme ou du ministère en question). C’est lui le point de départ ! Et le simple fait de consacrer du temps à cet exercice implique un changement d’espace et de se trouver dans un endroit nouveau.
Quand je présente les résultats de mes évaluations, je peux être sûre de la qualité de mon travail si mon client se sent vu, s’il s’identifie avec les résultats, s’il trouve les recommandations pertinentes et s’il veut les appliquer pour atteindre ses objectifs. Souvent les conclusions font du mal et les clients sont fâchés (peut-être parce qu’apprendre fait mal par définition) mais un travail bienveillant génère souvent une volonté d’apprentissage, de développement et donc l’information est bien accueillie et utilisée.

Comme coach, je trouve qu’être témoin du moment précis ou il y a une émergence et que le coaché arrive à se voir, à sentir et a se savoir plein de possibilités, d’options et de forces, est un grand privilège. Rien ne vaut le sourire du client quand il se rend compte que tout va bien qu’il a beaucoup avancé, et que tout ce qu’il fallait pour se voir, c’était un peu de distance de soi. Je considère un honneur d'être là quand il y a de la douleur à cause d’un changement inévitable mais aussi de la clarté et du soulagement car le prochain petit pas est évident.

La thérapie, le consulting et le coaching me montrent combien onnous avons besoin d’autrui pour se voir, soit sur le plan personnel, professionnel ou même institutionnel. Il est clair que pour que ces disciplines soient exercées profesionnellement il est indispensable de créer un espace ad hoc et d'y consacrer du temps et des ressources. Je pense à l’espace que les clients doivent créer pour utiliser ces services et aussi à celui que nous, fournisseurs, devons générer pour rendre les services.

Je n’y peux rien ! Pour moi ça a du sens : servir, être le moyen, le facilitateur ou le simple prétexte pour que l’autre puisse se voir, pour qu’il avance dans la direction souhaitée, pour qu’il aille bien. Bien sûr que pour moi c’est important et nécessaire d’être vue, de me voir, d’apprendre, de partager des expériences, des idées et des moments avec des collègues. Voilà pourquoi j’applaudis et je remercie Médiat-Coaching et BlueThinking leur initiative et la création de cet Espace Latino.

 

Pas de commentaires pour le moment

 


Réagissez, laissez un commentaire









Nous vous prions de nous excuser pour l'inconvénient que procure ces codes de sécurité.
Nous avons été obligés de mettre cette protection afin de protéger vos commentaires
et de ne pas être inondés de spams.

Vous êtes responsable du contenu que vous publiez.
Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.

 

POSTEZ VOTRE COMMENTAIRE
Imprimer la page