L'ABCdaire : Prendre du recul

L’ABCdaire d'Isabelle Laplante et Nicolas De Beer
Les auteurs se proposent d’expliciter en quelques lignes les idées que ses auteurs entretiennent sur le monde. Il répertorie des mots choisis par les auteurs. Chaque mot donne lieu à un court article. Ces textes n’ont pas pour vocation de faire le tour d’un thème ou d’une question, ils ne prétendent pas à l’exhaustivité, ils ne se veulent pas synthèse ni analyse ni dissertation ni article de recherche. Ils expriment la vision, la compréhension, la position, l’opinion, etc. de leurs auteurs et explicitent les idées qu’ils entretiennent sur le monde et leur métier de coach, à un moment donné.



Quelques poncifs courent les rues en ce qui concerne le coach. Nous avons déjà traité dans d'autres articles quelques mots ou expressions comme : « le savoir-être », « la bienveillance », « l’écoute », « la boîte à outils », « le changement », « le transfert », le développement, etc.  D’autres mots ou expressions vous attendent encore (voir notre ABCdaire).

Aujourd’hui nous allons donc nous arrêter sur « le recul », notamment dans l’expression « prendre du recul ».

Définition :
Le recul, c’est le déplacement d’un corps vers l’arrière. Reculer c’est : se porter en arrière, aller en arrière, faire marche arrière, renoncer, abandonner, céder, s’éloigner. Un lieu reculé est un lieu difficile d’accès.

Il paraît que le coach devrait savoir « prendre du recul ».
 

DIGRESSION
Le coach donc doit reculer, c’est-à-dire faire le contraire d’avancer ! Comment continuer d’avancer lorsqu’on recule, il suffit de tourner le dos à l’objectif, au résultat, ou même au client ?

Des questions se posent alors :
Le coach prend du recul devant quoi ? Vers où ? Pour mieux faire quoi ? Pour s’éloigner de quoi ? Reculer devant quoi ? Pour ne pas faire face à quoi ? Parce qu’il a peur de quoi, ou se dérobe à quoi ? Recule-t-il pour s’éloigner ou pour mieux voir ? Est-ce une reculade ou un retrait ?

Quelques expressions synonymes
Prendre de la hauteur, monter sur la colline, prendre de la distance, faire un pas de côté, s’écarter, s'effacer (pour laisser passer, laisser entrer...), se détacher de, s’éloigner, se décoller (de la situation), se retirer, s'extraire, ou encore, s’interroger, élargir sa vision, faire silence, faire une pause, etc.

Et à d’autres moments, il sera peut-être nécessaire de se rapprocher, confronter, plonger, ressentir…
 

LA MOBILITÉ DU COACH : conscience de soi
Il nous semble que ce n’est pas de "recul" ou tout autre synonyme dont il s’agit, mais bien plutôt d’un mouvement d’aller/retour entre le dedans et le dehors : entre - être dedans, dans la relation, dans le ressenti, dans l’empathie, dans l’expérience - et être dehors, dans l’observation (entendre et voir), puis "de se demander si...". Ce mouvement serait comme une ondulation continue entre les différentes perceptions. Etre en conscience.
Et nous accompagnerons également notre client a, successivement ressentir, observer, se demander... A retrouver cette ondulation du dedans/dehors, la conscience de soi.

Rappelons-nous que les poncifs, généralités, et "le recul du coach", ou "la prise de recul" sont à interroger, à investiguer, à relier à d'autres concepts pour créer une pensée actionnable. sinon, comme le disait l'historien français Paul Veyne : « Les idées générales ne sont ni vraies, ni fausses, ni justes, ni injustes, mais creuses. »

 

2 commentaires(s)

 

1. par jean claude

Véritable trésor .......l'ABCdaire est un outil viscéral pour les Coachs....

2. par Isabelle

oui, s'interroger ... ne rien prendre pour "argent comptant" .... ;-)


Réagissez, laissez un commentaire









Nous vous prions de nous excuser pour l'inconvénient que procure ces codes de sécurité.
Nous avons été obligés de mettre cette protection afin de protéger vos commentaires
et de ne pas être inondés de spams.

Vous êtes responsable du contenu que vous publiez.
Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.

 

POSTEZ VOTRE COMMENTAIRE
Imprimer la page