J'aime pas les tests

Fabrice MICHEAU*


De la complexité
"Toutes choses étant aidées et aidantes, médiates et immédiates, et toutes s’entretenant par un lien naturel et insensible qui lie les plus éloignées et les plus différentes, je tiens impossible de connaître les parties sans connaître le tout, non plus que de connaître le tout sans connaître particulièrement les parties." (Blaise Pascal)

"Tout est relié désormais. Tout. Mais le lien n'est pas encore opéré dans la plupart des esprits, car ceux-ci subissent les effets disjonctifs du cloisonnement disciplinaire et de l'émiettement des connaissances. Cette forme supérieure de crétinisation nous disloque le global et nous occulte le fondamental." (Edgar Morin - Le Monde du 20 Mai 1992, la redécouverte de la Terre)

De nombreux outils sont développés chaque année pour normalement nous aider à accompagner les clients.
Malheureusement ils ont trop souvent tendance à accompagner les professionnels ou les prescripteurs pour les rassurer. Le besoin de se réassurer conduit souvent les 3 partis à aller naturellement vers ce genre d’outils ou de méthodes rassurants qui sembleraient  utiles à première vue.

Le problème c’est que ce qui devrait être écologiquement et éthiquement un outil : une métaphase, un extracteur, un réducteur de complexité… devient trop souvent une moyen d’enfermement plus ou moins inconscient qui contribue largement aux effets du pouvoir moderne de Foucault ou du politiquement correct des organisations,  permettant à chacune et chacune de rentrer gentiment dans « les boites ». Voir à ce sujet dans l’ABCdaire d’Isabelle Laplante et Nicolas De Beer : CLASSER ? 

Les outils de libération sont plus souvent des outils d’enfermement de la conscience qui réduisent les champs des possibles et du libre arbitre. "Nous naissons déterminés mais nous avons de petites chances de devenir libres." (Pierre Bourdieu)

La posture du professionnel est encore en question
Si l’on adopte la posture stratégique très confortable du sachant, de l’expert, de celui qui sait ce que l’autre est ou n’est pas, c’est la « maltraitance ordinaire » assurée. Revoir à ce sujet l’article d’Isabelle Laplante : "Stratégique ou Collaboratif ?" 
La seule posture recevable est la posture collaborative (qui n’est pas une fausse posture basse) ou le praticien est expert du processus et du modèle et le client, seul expert du contenu.

Cela concerne en particulier TOUS les clients HQI/HHPI/surdoués (et aussi tous les professionnels qui vont avoir des problèmes de miroirs quand à l’utilisation des process).                                                                 
Aucun test, quel qu’il soit, ne leur est ni recevable ni acceptable. Ce qui fonctionne (avec les suggestions et préconisations associées) pour 95% de la population, ne fonctionne pas pour eux, même s’ils tentent comme ils savent très bien le faire, de rentrer dans des cases réductionnistes. Evidement cela vaut pour tout le monde. Cependant les personnes « hors normes » ont des « systèmes d’exploitation » différents, avec des câblages différents, l’ensemble produisant des paradigmes différents créatifs et innovants, quand bien même apparemment normaux.                                              
"Celui qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égard ni patience." (René Char -1967, cité par Philippe Meirieu "apprendre oui mais comment ")

Depuis plus de 15 ans j’ai développé des ingénieries spécifiques avec le MBTI/GOLDEN (typologies de Jung). J’ai travaillé avec plus de 4000 personnes en France et à l’étranger et j’ai toujours pu observer comment les HPI (quelque soir le pays) réagissaient, sur réagissaient, sous réagissaient…. face aux outils et les précautions qu’il convenait de prendre pour eux en particuliers et pour tous les clients en général (individuel, équipe, organisation, interculturel…).

Pour le MBTI et le GOLDEN (ou Process Com avec lequel j’ai été formé) le discours et la pédagogie des  formations certifantes n’est pas recevable pour eux. Là ou les modèles proposent un processus linéaire et séquentiel qui parle à tout le monde ; les HPI sont toujours partout, tout le temps. La variabilité des cartes proposées tient à leurs histoires dominantes et secondaires, et aux contextes de leurs interactions au monde (et pas au modèle proposé). Cela les conduit souvent à être réactifs, à juste titre, à tout test et surtout de la manière dont ils  sont conduits et particulièrement les conclusions qui en sont données. Cela vaut pour tous les tests et bilans : de recrutement, RH, de mobilité, de psychologie, etc.
Cela revient à dire que pour tout atypique il convient de revoir l’ensemble des modèles, non pas dans la structure, mais dans ce que l’on va dire de ce que ça dit, de ce que la personne pourrait dire, de ce que les autres ont dit…. de ses histoires dominantes et de ses histoires secondaires et alternatives à remettre à la lumière. Et si l’on passe en mode « manuel collaboratif » plutôt qu’en mode « automatique stratégique » les outils et modèles peuvent être très précieux pour les clients les professionnels et les organisations.

Naturellement cela concerne aussi tous les professionnels de l’accompagnement, du soin ou de la transmission des savoirs et des pratiques : manager, RH, formateur, médecin, psychologue, thérapeute, enseignant….                                                                                                                                                                                                                                                     La posture haute stratégique d’expert posée comme tel face à un HPI/HQI aura toujours des effets de rejet (visibles ou pas) avec quelques dommages collatéraux particuliers non négligeables, pour l’une  ou l’autre des parties. Pour autant avec sincérité et réelle attention d’écoute bienveillante et tolérante, ouverte à entendre et accueillir des vécus atypiques, à accepter et gérer les  ombres et limites qui pourraient apparaitre (celles du professionnel),  la posture d’expert  (repère, ressource ou  mentor…) peut être très utile et structurante pour un HPI/HQI. En effet ces derniers renvoient très souvent « les gens » (et souvent malgré eux de part et d’autre)  aux confins de leurs espaces personnels visités et les propulsent dans des interstices, des failles, des troubles troublants, des entre-deux, des entre chiens et loups… (qui ont l’art de se manifester !!), assumés… ou pas.
Ces outils deviennent alors pour tous « atypiques et singuliers » des moyens pertinents et créatifs pour déployer les déroulés magnifiques des pratiques collaboratives : l’Orientations Solutions® et les Pratiques Narratives®.
.
“Try not to become a person of success but rather a person of value” (Albert Einstein)

* L’auteur est associé Médiat-Coaching, Responsable et co-animateur du Cycle "Coaching des groupes et cohésion d'équipes"outils,, Professeur-associé Kedge Business School (spécialistes de l’accompagnement des HQI, HPI, adultes surdoués). Membre de Mensa France. Expert MBTI et GOLDEN.

4 commentaires(s)

 

1. par Thierry Groussin

Merci Fabrice! Un test qu'on se raconte peut aider à pousser certaines facultés, et c'est heureux, mais induire un effet de boisseau sur d'autres.
Connaître le tout, même le sujet n'en est pas capable.
Dans le meilleur des cas, il se retourne sur sa vie soixante ou quatre-vingts ans plus tard, et il se dit: "Je n'aurais jamais imaginé cela!"
Pas d'enfermement!

2. par Fabrice Micheau

Bonjour Thierry. Ravi de te retrouver là. Je suis bien d'accord avec toi. Les enfermements sont nombreux et nos outils qui pourraient être libérateurs sont des double-faces à surveiller de prés.
Le "pouvoir moderne" dont parlais Michel Foucault est à l??uvre dans nos organisations au point même que les personnes s'y engouffrent volontairement et souvent inconsciemment. Les professionnels (RH, managers, consultants, coachs...) devraient êtres vigilants à cela.

Dans sont livre "les managers de l?âme" Valérie Brunel explique bien les mécanismes qui sont à l??uvre pour promouvoir la soumission librement consentie.
"Plus l'individu est conforme plus il se sent libre".

amitiés
Fabrice

3. par Corinne BRUNET

Merci beaucoup Fabrice, c'est toujours tellement compliqué d'expliquer ma réticence à utiliser et à "subir"... les tests. Ton propos est comme toujours, clair, libérateur et très aidant.

4. par fabrice micheau

pour poursuivre sur les intelligences atypiques, mon nouveau site..

http://www.hpitalents.com


Réagissez, laissez un commentaire









Nous vous prions de nous excuser pour l'inconvénient que procure ces codes de sécurité.
Nous avons été obligés de mettre cette protection afin de protéger vos commentaires
et de ne pas être inondés de spams.

Vous êtes responsable du contenu que vous publiez.
Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.

 

POSTEZ VOTRE COMMENTAIRE
Imprimer la page