Vous n'avez pas de problème, nous avons la solution

 

par Michel Saucet

 

Ne pas avoir de problème peut sembler plutôt suspect. Seriez-vous victime d'une cécité providentielle qui, à votre insu bien évidemment, vous prive de la conscience de vos lacunes et d'autres faiblesses ? Ou bien encore, refusez-vous de "voir la réalité" et avez-vous construit un personnage qui vous satisfait ?

Quelle innocence, il est grand temps pour vous de vous informer, de lire la presse, de consulter vos écrans et de revenir à un salutaire principe de réalité. Une simple comparaison entre ce que pourraient devenir vos activités personnelles, familiales, professionnelles et la pauvre réalité que vous incarnez devrait susciter un réflexe salvateur de honte et de frustration. Il serait temps, qu'enfin, vous vous décidiez à changer ! Mais quels changements ? C'est très simple. Comparez donc ce qu'on vous propose à ce que vous êtes et ce que vous possédez. Vous n'aurez que l'embarras du choix. Après ce n'est plus qu'une affaire de goût, une question de volonté, de temps et, bien évidemment, de budget.

Derrière cette présentation volontairement caricaturale...

...se cache une réalité sociale plus ou moins liée à l'histoire psycho-socio-économique de nos sociétés dites évoluées.
Vue par le petit bout de la lorgnette et décrit rapidement, nos sociétés agricoles, pré-industrielles puis celles du début de l'industrialisation souffrent d'une insuffisance en produits de toutes sortes. Ceux qui en ont les moyens achètent ce qui est produit. Puis la croissance de la productivité génère une production qui peut enfin satisfaire la demande – réputée solvable – pour enfin la dépasser.

On voit ainsi que nos sociétés ont connu schématiquement trois étapes dans leur développement économique :
- une offre inférieure à la demande,
- une offre voisine de la demande,
- et enfin une offre supérieure à la demande.

C'est ici qu'un nouveau problème questionne la démarche productiviste : que vendre à des gens qui ne pensent plus avoir de besoin ou qui n'ont pas de besoin solvables ?
La réponse est simple. Créer des besoins, des produits pour les satisfaire et un moyen de paiement, le crédit car vous pouvez aussi acheter de l'argent, mais c'est plus cher. Le système crée ainsi la demande, la réponse et son financement. La conséquence, c'est que le système s'auto-entretient avec les effets que l'on connait, croissance et endettement. Naturellement les situations des différents pays ou sociétés ne sont ni similaires ni synchrones et beaucoup connaissent encore de graves pénuries sur des produits essentiels.

Après avoir nous avoir saturé de produits en partie inutiles dont la finalité est de générer du profit le système "néo-libéral" colonise nos consciences en tentant de créer un manque existentiel qu'il nous presse de combler.

 

Pas de commentaires pour le moment

 


Réagissez, laissez un commentaire









Nous vous prions de nous excuser pour l'inconvénient que procure ces codes de sécurité.
Nous avons été obligés de mettre cette protection afin de protéger vos commentaires
et de ne pas être inondés de spams.

Vous êtes responsable du contenu que vous publiez.
Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.

 

POSTEZ VOTRE COMMENTAIRE
Imprimer la page